Existe t-il des inconvénients ou des riques?

La coelioscopie est une intervention chirurgicale à part entière. Elle nécessite une anesthésie générale et, au minimum, une hospitalisation de jour (entrée le matin et sortie le soir), parfois plus selon les gestes associés. Hormis les effets secondaires possibles de l'anesthésie (nausées, vomissements, somnolence...), certains désagréments peuvent survenir dans la période postopératoire : une douleur de l'abdomen, pouvant s'étendre jusqu'aux épaules, due à la présence de gaz dans le ventre.

Au cours ou dans les suites de cette intervention peuvent survenir parfois, au niveau de la cicatrice, un hématome ou une infection (abcès). Le risque de phlébite et d'embolie pulmonaire est exceptionnel. Très exceptionnellement, des plaies graves des organes internes de l'abdomen (intestins, vaisseaux sanguins, voies urinaires notamment) peuvent se produire et nécessiter la réalisation dans le même temps opératoire, d'une ouverture de l'abdomen et dans certains cas d'une transfusion sanguine. Comme toute chirurgie, cette intervention peut comporter très exceptionnellement un risque vital ou de séquelles graves.

Certains risques peuvent être favorisés par votre état, vos antécédents ou par un traitement pris avant l'opération. Il est impératif d'en informer votre médecin. Il est impératif d'informer le médecin de vos antécédents (personnels et familiaux) et de l'ensemble des traitements et médicaments que vous prenez.

Il faut mettre de côté les risques liés à l'anesthésie générale ainsi que ceux liés au geste proprement dit (appendicectomie par exemple) pour aborder ceux liés à la coelioscopie elle même.

  • le pneumopéritoine
    • sa création peut faire passer du CO2 dans la circulation sanguine, ce qui peut devenir très dangereux voire mortel. Il faut des pressions élevées, des temps opératoires très longs, des dépéritonisations étendues. Le médecin anesthésiste contrôle ce paramètre afin de prévenir ce risque
    • l'insufflation directe du gaz dans un vaisseau, ce qui est un accident, peut créer une embolie gazeuse très grave
    • il gêne la respiration et impose des pressions de ventilation élevées au niveau du respirateur de l'anesthésiste, ce qui peut poser un problème chez les personnes asthmatiques ou souffrant d'une bronchite chronique (tabagiques), ainsi que chez les obèses .
    • il gêne le retour sanguin veineux en direction du coeur, ce qui peut nuire à son fonctionnement si le malade souffre d'une pathologie cardiaque
  • l'introduction des trocards
    • il peut survenir une blessure intestinale, vasculaire ou urinaire
    • cette blessure peut être réparée par coelioscopie ou bien nécessiter l'ouverture du ventre
  • l'utilisation de l'électricité de section et de coagulation peut créer des blessures des organes voisins des instruments opératoires (brûlures électriques)
  • comme dans toute incision, il peut y avoir des hématomes ou des infections cutanées